Le Genévrier commun

Junicomm32

Le Genévrier est le seul conifère indigène de la région ; tous les autres ont été introduits à une époque plus ou moins lointaine et se sont souvent largement naturalisés : pins, sapins, épicéa, mélèzes. On trouve le Genévrier sur des pelouses sèches qui évoluent progressivement vers la forêt où il disparaîtra ensuite faute de lumière suffisante, mais également dans des marais tufeux ou sur des pentes marneuses.
Junicomm94
Espèce dioïque : les fleurs mâles et les fleurs femelles sont portées par des pieds différents, celles à étamines en très petits cônes jaunâtres longs de 4 à 5 mm répandant de petits nuages de pollen chargés de féconder celles à pistil vertes et deux fois plus petites. Les fruits, fausses baies sphériques constituées de 3 écailles soudées ne se formeront que l’année suivante et ne mûriront que la troisième année. On trouve donc simultanément des fruits verts et des baies d’un bleu noirâtre.
Junicomm12
Les baies sont utilisées comme condiment dans la choucroute. Elles entrent également dans la confection de boissons, soit par fermentation et distillation, soit par macération ; et actuellement, en raison de la rareté de la plante dans les pays du Nord de l’Europe, le gin ou genièvre n’est rien d’autre qu’un alcool de grain parfumé de quelques baies.
Junicomm22

Juniperus communis L. ; famille des Cupressacées.

Espèce des régions tempérées de l’hémisphère Nord ; nanopharénophyte sempervirent ; floraison : avril/mai. Surtout sur calcaire, dans des fourrés ou des pelouses en voie de recolonisation forestière.