Groseilles sauvages

Autrefois apparentés aux saxifrages, les groseilliers ont maintenant une famille qui leur est dédiée : celle des Grossulariacées. Bien sûr tout le monde connaît le groseillier rouge, espèce cultivée, et surtout le cassissier, qui existent également à l’état sauvage, de façon dispersée dans notre région sans qu’il soit possible de dire si leur origine est réellement indigène ou due à quelques graines échappées de culture.

Ribeuva

Le groseillier à maquereaux (Ribes uva-crispa) doit son nom au fait qu’on employait ses fruits encore verts comme garniture à certains poissons, le maquereau entre autre. Spontané dans toute l’Europe, le Nord de l’Afrique et une grande partie de l’Asie, ce groseillier épineux est également commun dans toute la France, Midi excepté, dans des haies, des bois clairs, des buissons, des rocailles et même sur de vieux arbres creux.

Ribealpi28
Quant au groseillier des Alpes, ses affinités continentales et montagnardes font que si on le rencontre fréquemment en Haute-Marne comme en Côte-d’Or, il disparaît presque totalement plus à l’ouest, dans l’Aube ou dans l’Yonne. Les fleurs sont peu visibles et le fruit, bien qu’attrayant, est fade et sans valeur.
Ribes uva1
Ribealpi31

Ribes uva-crispa L. ;

espèce d’Europe et d’Asie ; nanophanérophyte caducifolié ; floraison : mars à mai. Haies, forêts et rocailles ombragées, plutôt sur calcaire.

Ribes alpinum L. ;

espèce européenne ; nanophanérophyte caducifolié ; floraison : avril/mai. Forêts basophiles.